Entente VS Négociation

Selon moi, l’entente provient du coeur et je considère l’autre autant que moi-même, alors que la négociation résulte de la tête et je pense plus à moi qu’à l’autre.

Quand je suis attentive à l’autre, je suis pleinement présente, j’écoute et je regarde, je perçois les variations dans la voix et dans les expressions du visage. Le message verbal est-il en cohérence avec les messages non verbaux ? Est-ce que les mots dits sont en corrélation avec les gestes et les sons ?

Est-ce que la personne en face de moi, ose me dire ce qu’elle ressent ? Est-ce qu’elle a peur de me blesser ou d’être blessée ? Quand je cherche une entente, c’est que je ne veux pas la même chose que l’autre. J’aimerais qu’il ou elle accepte ma proposition. Peut-être que je peux lâcher prise sur mon idée de départ, et sans pour autant renier ce qui a poussé cette envie, je peux répondre à mon besoin d’une autre manière, penser autrement avec l’autre.

« Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l’Univers. » Marc-Aurèle

La paix est un appel de l’Univers que chaque être peut envoyer seulement par les pensées. Cette quête interne est universelle. L’inconscient collectif a un poids énorme alors qu’il ne se voit même pas.

Vous est-il arrivé de vous dire j’ai peur qu’il arrive ceci et cela s’est produit ? Vous est-il arrivé de vous dire j’ai envie de ceci et cela n’est pas arrivé, c’est le cas quand inconsciemment nous n’y croyons pas.

Seriez-vous capable de croire en la magie de l’espoir collectif ? Cette vibration commune vers la paix, y croyez-vous véritablement consciemment et inconsciemment ? Avez-vous envie de donner cette chance à l’Univers sans vous interroger sur ce que pense le voisin ?

Faire tomber le masque avec la Médiation Professionnelle

Dans notre société, nous apprenons à porter un masque depuis notre plus tendre enfance. Nous sommes cachés derrière celui-ci pour nous protéger du regard voire du jugement de l’autre. Les filles ne doivent pas rire trop fort, les garçon ne doivent pas pleurer. Cela tend à changer, pourtant ce masque ne cesse d’être porté, il devient même de plus en plus visible…

« Les visages revêtus
De masques incongrus.
L’apparition
D’une expression,
Celle de robot sans joie,
Des hommes et des femmes aux abois.
Taisez-vous !
Restez aux gardes à vous !
Ou dans ce tourment,
Bravons le gouvernement,
Soyons solidaire,
Et respirons l’air… »
Marion Avanzini –

Désormais, nous nous protégeons sciemment contre le virus ou du moins cette illusion peut être rassurante. En tout cas, nos expressions et émotions sont en partie cachées, nous ne voyons plus de sourire sur les visages, nous entendons moins bien l’intonation dans la voix, nous ressentons moins. Que dit notre esprit ? Que fait notre corps ? Qu’expriment nos émotions ?

Nous pouvons rencontrer des difficultés à comprendre les signaux invisibles. Une attention toute particulière est apportée en médiation professionnelle pour les détecter, des outils sont utilisés pour calmer vos émotions et clarifier votre esprit. Une fois le masque tombé, vous serez capables de prendre les décisions par vous-même et pour vous-même.

Notre profil énergétique est unique, le Human Design est un outil complémentaire pour quitter le masque du conditionnement et décider selon notre propre autorité intérieure. Il en existe huit différentes, nommées ci-dessous, celle qui nous correspond peut être expérimentée et approuvée :

émotionnelle : « la nuit porte conseil » est une expression appropriée pour celle-ci. En effet, il vaut mieux attendre d’être dans un état neutre, que la vague émotionnelle passe, car une décision prise en étant euphorique ou dépressif peut être regrettée.

sacrale : la réponse est instantanée par un son « hum hum » (oui) ou « mhhh mhhh » (non) ou bien un réflexe du corps qui se balance en avant (oui) ou en arrière (non). S’il y a hésitation, la réponse correcte serait « en ce moment je ne sais pas, demandez-le moi à nouveau plus tard d’une manière différente ».

splénique : être attentif et écouter la voix de l’intuition qui agit immédiatement, même si elle ne semble pas logique. Elle se fait entendre une seule et unique fois, attention, ensuite c’est le mental qui prend le relais.

projetée du coeur : écouter son coeur et faire ce qu’on veut, il est bon de se poser les questions suivantes « qu’est-ce-que je veux ? qu’est-ce que je peux en tirer ? ai-je la volonté de m’engager pleinement dans ce projet ? »

manifestée du coeur : écouter son coeur et faire ce qu’on veut comme pour l’autorité projetée du coeur avec la nuance qu’il faut parler sans filtre et dans l’immédiat.

auto-projetée ou projetée du soi : exprimer par la voix, pour savoir si ce qui nous plaît, nous convient. Il est conseillé de parler et d’exprimer naturellement à ses proches ou dans un magnétophone pour identifier la décision correcte, le son de notre voix indique ce qui est à prendre ou à laisser.

environnementale ou caisse de résonance : se laisser guider par son environnement qui doit être sain (lieu de vie, travail, relations…) et se tourner vers un groupe de conseillers (famille, amis) sur qui on peut sincèrement compter. Il est essentiel pour soi de discuter de ses intentions de vive voix avec son entourage.

lunaire : voir l’autorité environnementale ci-dessus. En revanche pour les décisions importantes (ex : déménagement, rupture, demande en mariage, changement de poste…) il est important d’attendre un cycle lunaire complet (28-29 jours) seul 1% de la population est concerné.

Comme l’a exprimé son fondateur Ra Uru Hu « Ne croyez rien de ce que je vous dis, faîtes-en vous-même l’essai« . Pour en faire l’expérience, vous pouvez découvrir gratuitement votre autorité intérieure sur ce site : https://www.designhumainfrance.com/votre-carte


Médiation Professionnelle vs Médiation d’autorité

La société regorge d’individus uniques. Nous tissons souvent des liens plus forts avec ceux qui nous ressemblent, nous ne choisissons pas notre famille, notre entourage professionnel, ni l’évolution de nos amis ou partenaire qui peut creuser une différence. Nous pouvons à tout moment nous retrouver confronter au conflit. Soit nous ruminons, nous accusons, nous culpabilisons, nous attendons que le temps nous fasse oublier, soit nous agissons :

Des moyens pour s’en détacher sont la médiation d’autorité ou la médiation professionnelle :

D’un côté, nous pouvons retrouver une fiction morale « tout le monde connaît la différence entre le bien et le mal », une fiction juridique « nul n’est censé ignorer la loi » ou bien une fiction psychologique « chacun – sauf les personnes irresponsables – est bien conscient de ce qui est normal et anormal ». Alors que la médiation professionnelle s’appuie sur l’ignorance et la maladresse que chacun d’entre nous peut commettre surtout dans des états émotionnels non maîtrisés.

L’autorité, qu’elle vienne d’un juge ou de tout autre tiers non impliqué dans le conflit, à tendance a gérer l’adversité et à utiliser des rapports de force pour donner raison à l’une des parties, l’autre se retrouve punit, sermonné, etc. et peut ressentir de l’injustice. En médiation professionnelle, nous mettons en avant l’altérité, une posture évocatrice de l’accueil de l’autre en tant qu’il est autre, et non un alter-ego, cela aide à la compréhension et à la prise de décision. La maladresse nécessite une reconnaissance, l’action est plutôt pédagogique.

La recherche de résultat diffère, la médiation d’autorité se concentre essentiellement sur les questions d’enjeux et d’intérêts, tandis que la médiation professionnelle élabore en priorité un projet relationnel : la reprise, l’aménagement ou la rupture consensuelle de la relation. A partir de là, il est temps de penser, d’échanger et envisager la négociation contributive qui vise à apporter des solutions aux problématiques ayant motivées la médiation.

Pour conclure, la médiation d’autorité s’appuiera avant tout sur le droit sans se préoccuper des répercussions psychiques, ici nous sommes face au contrat social. La médiation professionnelle agit d’abord sur l’émotionnel pour permettre la libre décision des parties directement impliquées, pour un nouveau paradigme, l’entente sociale.

Texte inspiré par le « Dictionnaire encyclopédique de la médiation : Au service de la qualité relationnelle et de l’entente sociale » par Jean-Louis Lascoux, Président de l’Ecole Professionnelle de la Médiation et de la Négociation.